who find the way?

Je croyais vivre, je ne fais qu'exister

06 mai 2005

bateau1 et la musique, et la pensée,
seules armes de ma guerre incensée
ma guerre sans cris, presque sans armes
ma guerre de cris, ma guerre de larmes
ma guerre contre la réalité
grotesque mise en scène de la vérité
les promesses qui s'envolent, qui partent en fumée
l'amour de carton, l'amitié de papier
et se battre pour ne pas accepter
que ce monde en lambeaux ne cesse d'empirer
fermer les yeux, pour être heureux, se sentir mieux
s'attendre au pire, se réveiller,
tomber plus bas que l'on aurait pensé.
encore déçue, déja vaincue
ne plus vouloir lutter
et se laisser crever
pour faire cesser les larmes
laisser s'envoler son âme
toujours plus loin, toujours plus haut,
vers l'horizon, tout est plus beau.
vers la musique qui te fait planer
plus que tout ce que t'as pu fumer
vers l'infini du monde que tu ne cesses de rêver
vers l'absolution de la liberté
l'air frais qui fait voler tes cheveux
loin du réel trop triste, trop creux
car tu étouffes, tu ne peux plus supporter
de faire semblant d'exister...

Posté par only a human à 01:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    ...

    Tes poèmes me laissent sans voix...tant de colère, de haine, de mépris, de douleur, de ras-le-bol dans 30 lignes...si bien retranscrits...les photos sont très bien choisies...le noir et blanc c'est génial.

    Posté par quelqu'un, 23 décembre 2005 à 12:45
  • bon je m'abonne a ton blog c'est decidé! La photo est de toi ?

    Posté par Marie-Aude, 09 mai 2005 à 16:50
  • ui, les photos des quais en noir et blanc sont de moi et j'en ai encore d'autres en réserve

    Posté par only a human, 10 mai 2005 à 20:30
  • c'est une bonne nouvelle ça!
    Je les attends avec impatience

    Posté par Marie-Aude, 10 mai 2005 à 20:47

Poster un commentaire